Xue Y.

Selon vous, comment la santé numérique aide-t-elle les patients/aidants à participer plus activement à leurs soins?

Grâce à la santé numérique, on peut proposer une foule d’approches novatrices pour transformer les modèles de services de santé et de prestation des soins, comme la surveillance en temps réel, l’envoi de rappels ou des jeux pour sensibiliser, renseigner, changer les habitudes et accroître le respect du traitement. La santé numérique répond à nos divers besoins quotidiens à l’ère du numérique. Elle permet aux proches aidants d’obtenir des renseignements complets sur l’état de santé du patient, de communiquer efficacement avec le patient par courriels, messagerie instantanée ou images, ainsi que de faire participer le patient aux décisions et de susciter son engagement actif.

Décrivez une situation où la santé numérique a eu ou aurait pu avoir un impact sur vous en tant que patient, aidant ou membre de la famille.

La santé numérique m’aide à traiter mon psoriasis (une maladie chronique) de façon plus efficiente et moins stressante. Quand j’ai vu mon médecin de famille, j’avais des symptômes difficiles à distinguer de l’eczéma. Tandis que la maladie progressait, j’ai dû le voir à plusieurs reprises avant d’obtenir un diagnostic, ce qui était très compliqué et prenait beaucoup de temps. Avec la santé numérique, j’aurais pu envoyer à mon médecin des photos de mes plaques rouges et une description de mes symptômes, puis le médecin et moi aurions pu convenir d’un rendez-vous afin qu’il pose son diagnostic et me traite.

Le thème de la Conférence du Partenariat 2016 d’Inforoute est « La santé numérique au cœur des discussions ». À votre avis, comment pouvez-vous contribuer aux discussions sur la santé numérique?

Je peux faire part des différents problèmes que je vis pendant le traitement de ma maladie. Je peux parler de mon expérience en général, des avantages et des défis de l’utilisation des produits de santé numériques de pointe tels que le DME, les technologies prêtes-à-porter et les applications. Surtout, je m’intéresse beaucoup à la santé numérique et j’ai d’excellentes idées pour appliquer la science des données aux services de santé et à l’autogestion des soins. J’aimerais discuter avec les participants et les délégués.

De quelle façon comptez-vous mettre en pratique et partager ce que vous aurez appris pendant la Semaine de la santé numérique et la Conférence du Partenariat 2016 d’Inforoute?

Je pourrai acquérir des connaissances et de l’expérience et découvrir les points de vue de patients, d’aidants et de représentants de l’industrie et du gouvernement. Je mettrai en pratique tout ce que j’aurai appris dans mes diverses interactions avec le réseau de la santé et surtout, dans mon travail d’analyste des programmes de soins primaires à l’Office régional de la santé de Winnipeg. Je transmettrai mes nouvelles connaissances à mes collègues, à ma famille, à mes amis et à des communautés (p. ex. le groupe d’intérêt en santé numérique de Winnipeg), et je les appliquerai aux plateformes (www.daocare.ca, et analytique des soins de santé) sur lesquelles je travaille.