Saverio C

Toronto, ON – L’Ontario a fait beaucoup d’investissements en santé numérique, notamment dans des projets comme le registre des cas de diabète et les dossiers médicaux électroniques. Ces initiatives ont eu des répercussions importantes sur ma carrière, et, sans elle, je ne serais pas là où je suis rendu aujourd’hui. En 2008, j’étais chargé du projet de sélection et de déploiement du dossier médical électronique (DME) au sein d’un établissement de soins de santé privé. Le fournisseur de DME qu’avait retenu l’établissement était admissible au financement versé par OntarioMD. Toutefois, divers problèmes sont survenus : le fournisseur fournissait très peu de soutien technique et n’était pas fiable, et le DME n’offrait pas suffisamment de fonctions. Ces lacunes m’ont fait réaliser que je voulais faire carrière dans un domaine où je pourrais contribuer directement à l’adoption du DME en Ontario et améliorer le continuum de soins aux patients. En 2009, j’ai été accepté à la maîtrise en administration des services de santé de l’Université de Toronto. Ce programme m’a permis d’améliorer mes compétences en gestion des soins de santé, en leadership, en gestion des solutions de santé électronique et en élaboration de politiques. Au cours de mes études, j’ai reçu le G.B. Rosenfeld Poster Award (prix récompensant la meilleure affiche). Sans les investissements publics qui ont été faits dans les programmes d’études en santé numérique, je n’aurais pas pu réaliser mes objectifs professionnels, à savoir provoquer et favoriser le changement dans le domaine de la santé numérique. Grâce à mon expérience, à ma formation et à mes réalisations dans ce domaine, j’ai pu obtenir un poste à OntarioMD, organisme qui verse des fonds publics aux cliniciens souhaitant mettre en place des DME admissibles à du financement. J’ai donc la possibilité de voir concrètement l’impact des investissements publics en santé numérique.