Richard N

  PRIX IMPACT SUR LE CARRIÈRE

Toronto, ON – Les investissements dans les projets de dossiers médicaux électroniques (DME) ont eu une incidence sur ma formation en médecine. Lorsque je travaillais dans une clinique de santé familiale, j’ai participé à un programme de visite à domicile de patients âgés à la santé trop fragile pour qu’ils puissent se rendre à la clinique. Toutefois, à l’aide du DME, d’un ordinateur portatif et d’une connexion Internet sans fil, nous pouvions « transporter » la clinique jusqu’à eux, chose impossible à faire avec des dossiers papier. Il ne fait aucun doute que le DME a fait de moi un clinicien plus efficace. Grâce à cette technologie, je pouvais consacrer plus de temps aux préoccupations de mes patients et moins de temps à fouiller dans des dossiers papier et, par le fait même, je leur offrais de meilleurs soins. Par exemple, j’ai visité une patiente qui venait de sortir de l’hôpital. Elle avait été hospitalisée à la suite d’une aggravation de ses symptômes de maladie pulmonaire obstructive chronique. Tandis que je prenais connaissance du sommaire de congé électronique rédigé par les médecins traitants, j’ai remarqué que l’appareil à oxygène qu’elle utilisait à la maison avait été mal réglé et n’offrait pas la bonne concentration, ce qui serait passé inaperçu sans ma visite à domicile. En corrigeant cette erreur, je lui ai évité de possibles complications graves. Le fait de voir à quel point la technologie peut transformer les visites à domicile tel qu’on avait l’habitude de les faire m’a amené à repenser complètement la façon dont j’entends exercer la médecine. Surtout, c’est ce qui m’a poussé à devenir médecin de famille, puisque je suis entré en médecine dans le but de travailler auprès des groupes qui ne reçoivent que trop peu de services, comme les personnes âgées confinées à domicile. Au moyen de ces outils, je peux non seulement développer de meilleures relations avec mes patients, mais également leur offrir des soins mieux adaptés à leurs besoins.