Hannah C

Toronto, ON – L’ophtalmologie est un domaine très « visuel », où les cliniciens préfèrent souvent utiliser du papier et un crayon pour dessiner les conclusions de leur examen de l’œil. Souvent donc, le résultat de l’examen ne se retrouve pas dans le dossier de santé électronique (DSE) de l’hôpital sous forme de dictée et est plutôt placé dans des dossiers en papier. Ceux-ci sont rangés sous clé après les heures d’ouverture, de sorte qu’il est difficile pour les médecins résidents sur appel d’examiner un patient connu des ophtalmologistes qui leur est amené pour la première fois. Le résident peut ne pas connaître les conclusions des examens de l’œil précédents, ce qui peut compliquer l’évaluation des changements qui y avaient été constatés. Au cours des dernières années, de nombreux ophtalmologistes ont adopté un DSE hébergé sur le Web, comme OSCAR (Open Source Clinical Application Resource), une ressource d’application clinique de source générale. Grâce à de généreux investissements publics, le département de médecine familiale de l’Université McMaster a pu mettre au point ce programme. Son adoption a changé radicalement ma capacité, à titre de médecin résident, de soigner mes patients, puisqu’elle me permet d’accéder en toute sécurité à la documentation illustrée dans les dossiers électroniques des patients. De plus, l’ophtalmologiste en poste peut accéder à distance au dossier et me donner une orientation plus précise et plus personnalisée sur la prise en charge du patient. Cette solution a amélioré la relation entre les patients et leur médecin en facilitant la communication, particulièrement dans le cas de patients dont l’état est complexe; la confiance n’est pas en reste, puisque je suis en mesure de bien connaître leur maladie de l’œil et peux mieux en évaluer la progression clinique. J’ai hâte que la version d’OSCAR adaptée à l’ophtalmologie voie le jour, car elle permettra aux médecins orienteurs de l’utiliser pour recevoir directement des lettres et des résultats, ce qui favorisera la continuité des soins et réduira au minimum les erreurs attribuables aux documents égarés.