Grace K.

Toronto, ON – Récemment, durant un contrat de théâtre, j’ai eu une syncope inexplicable tandis que je me rendais à la salle. À chacune des représentations, des milliers de spectateurs se font une fête de leur soirée, et l’annulation de l’une d’elles a des effets néfastes sur les affaires des entreprises locales et du théâtre concerné. J’ai passé la nuit à l’urgence et en radiographie. Mais le monde du spectacle étant ce qu’il est, je devais m’assurer que ça ne se reproduirait plus. Déterminée à résoudre ce mystère médical tandis que j’étais en convalescence, j’ai joint d’innombrables professionnels de la santé. Heureusement pour moi, la santé numérique avait progressé.  J’ai pris rendez-vous en ligne avec mon naturopathe. Comme je l’appelais à la dernière minute, il me fallait attendre un bon deux semaines avant de le voir. Je me suis inscrite à la liste d’attente électronique et j’ai été informée par courriel qu’il y avait une annulation le lendemain. Mon médecin de famille ne pouvant lui non plus me donner un rendez-vous tout de suite, j’ai cherché à l’ordinateur les plus proches cliniques sans rendez-vous. Le site de chacune donnait les temps d’attente, mis à jour aux vingt minutes. J’ai donc pu me rendre à la clinique où il était le plus court et consacrer le reste de ma journée à récupérer. Lorsque j’ai finalement pu voir mon médecin de famille, il a pu accéder en ligne aux résultats de mes analyses de sang et autres examens faits à l’hôpital. À un moment où je devais éviter de perdre du temps et conserver mes forces, ces avancées technologiques ont été une véritable bénédiction.