Garry L.

Selon vous, comment la santé numérique aide-t-elle les patients/aidants à participer plus activement à leurs soins?

Les patients participent plus activement à leurs soins quand ils peuvent le faire avec les outils de leur choix. Le fait de voir les expériences d’autres patients ou de communiquer avec les professionnels de la santé par vidéo, YouTube, Twitter, SnapChat et d’autres médias sociaux est plus pertinent et permet d’avoir une meilleure compréhension de sa santé. Quand j’ai eu le cancer, le visionnement des vidéos de préparation à l’intervention chirurgicale m’a rassuré quant à ma capacité de me préparer du mieux possible et a apaisé mes inquiétudes par rapport à l’opération.

Décrivez une situation où la santé numérique a eu ou aurait pu avoir un impact sur vous en tant que patient, aidant ou membre de la famille.

Dernièrement, j’ai suivi une formation d’une fin de semaine sur la narration numérique, avec d’autres patients-conseillers des AHS. Nous avons appris à faire un vidéo numérique qui raconte notre propre histoire et à le partager avec les membres de notre groupe. Cette expérience m’a marqué et a suscité beaucoup d’émotion chez moi. Je me sentais inspiré et plus fort, parce que je pouvais m’identifier aux autres patients, même si leur histoire n’avait pas de lien avec le cancer.

Les histoires numériques sont essentielles pour les patients, car elles complètent l’information sur papier. Elles permettent d’aborder les choses sous un angle personnel.

Le thème de la Conférence du Partenariat 2016 d’Inforoute est « La santé numérique au cœur des discussions ». À votre avis, comment pouvez-vous contribuer aux discussions sur la santé numérique?

Je suis un propriétaire d’entreprise à la retraite qui a subi avec succès une résection abdominopérinéale l’an dernier en raison d’un cancer colorectal. En tant que participant au programme ERAS, j’ai eu le privilège de raconter mon expérience au cours de conférences et d’activités organisées par les AHS. Je collabore également, à titre de patient-conseiller, au Surgical Strategic Clinical Network (SCN) des AHS et au Patient Engagement Reference Group qui s’y rapporte. J’ai l’habitude de prendre la parole en public, et le point de vue que j’apporte au débat sur les soins de santé s’inspire de mon vécu de patient.

De quelle façon comptez-vous mettre en pratique et partager ce que vous aurez appris pendant la Semaine de la santé numérique et la Conférence du Partenariat 2016 d’Inforoute?

Il est certain que je vais transmettre ce que j’aurai appris au réseau et au groupe dont je fais partie. Je suis convaincu de la force du partenariat patient-professionnel de la santé, et j’ai l’intention de faire un compte rendu de mon expérience aux autres patients-conseillers et aux responsables du SCN des AHS. Je suis très emballé par les possibilités de la santé numérique. Aujourd’hui, nous utilisons les vidéos, Snapchat, Facebook, les dossiers de santé électroniques provinciaux… Qui sait ce que l’avenir nous réserve…