Question 2 du Défi Impact des données II

Question 2:  Quelle est la consommation actuelle d’antimicrobiens pour un secteur, une unité ou une affection courante en particulier? Y a-t-il des cas particuliers lorsque nous comparons la consommation par les patients, et que devrions nous nous attendre à observer?

Justification
L’adaptation des microbes aux antimicrobiens en raison de leur surutilisation fait augmenter la prévalence des infections pharmaco-résistantes et, de ce fait, la morbidité et la mortalité. On estime que, dans jusqu’à un cas sur deux, l’utilisation d’antimicrobiens pourrait être inutile. Il est impératif de promouvoir une utilisation prudente des antimicrobiens auprès des hôpitaux et des organisations de la santé du Canada afin de freiner la résistance aux antibiotiques. Pour déterminer les secteurs, unités et affections courantes les plus susceptibles de présenter une résistance aux antimicrobiens et les plus propices à une amélioration de leur utilisation et de leur prescription, il faut d’abord avoir une image exacte de la consommation actuelle de ces médicaments. L’accès à des données qui peuvent illustrer la situation actuelle et servir de point de départ permettra d’y parvenir.

Résultats

Cette question a généré quatre réponses provenant de trois provinces : la Colombie-Britannique, le Manitoba et l’Ontario. L’ensemble des analyses proposées porte sur des centaines de millions de jours-patient.

Lignes directrices

Quelle est la consommation d’antimicrobiens exprimée en DTQ (dose thérapeutique quotidienne) par 1 000 jours patients pour chaque type de secteur, d’unité ou d’affection courante? Les secteurs en question pourraient être, par exemple, les soins ambulatoires, les soins aigus, les soins continus complexes et la réadaptation. Les unités pourraient être, par exemple, les soins intensifs, les soins chirurgicaux et la médecine interne. Les affections courantes pourraient être les ITU (infections du tractus urinaire), les ITRS (infections du tractus respiratoire supérieur), la pneumonie et les infections de la peau et des tissus mous (la cellulite, par exemple).

La réponse idéale devrait représenter la consommation en DTQ par 1 000 jours/patients pour un secteur, une unité ou une affection courante.

Les équipes

CASPAR (Consortium of Antimicrobial Stewardship Programs Against Resistance)


Description de l’équipe: Nous sommes des représentants de programmes de gérance des antimicrobiens de l’Hôpital Michael-Garron, du réseau de la santé du Niagara, du réseau de la santé Sinai et du réseau de santé universitaire. Nous avons uni nos forces pour mettre à contribution les connaissances de nos organisations en gérance des antimicrobiens.
Soumission: PDF

Island Health Analytics


Description de l’équipe: Nous sommes un groupe de médecins, de cliniciens, d’architectes de données et d’informaticiens dévoués qui utilisent des données sur la santé pour améliorer l’efficience et la qualité des soins sur l’Île de Vancouver et dans la région environnante.
Soumission: PDF

Manitoba Primary Care Research Network


Description de l’équipe: Le Réseau de recherche en soins primaires du Manitoba (Manitoba Primary Care Research Network ou MaPCReN), est l’affilié de l’Université du Manitoba du Réseau canadien de surveillance sentinelle en soins primaires (RCSSSP)
Soumission: PDF

Team BUGS


Description de l’équipe: Nous sommes une équipe férue de données qui se consacre à l’amélioration systématique de l’utilisation des antimicrobiens chez les patients.
Soumission: PDF