Question 3 du Défi Impact des données II

Question 3:  Quelle proportion de jeunes Canadiens âgés de 13 à 17 ans ont affiché dans les médias sociaux des messages au sujet de leur santé mentale, y ont dit être victimes d’intimidation ou y ont exprimé des pensées suicidaires au cours des 12 derniers mois?

Justification

Le suicide est la deuxième cause de décès des jeunes au Canada, et les maladies mentales comme la dépression comptent parmi les principaux facteurs de risque de suicide. De tous les groupes d’âge, ce sont les jeunes âgés de 18 à 24 ans qui présentent le taux le plus élevé de maladies mentales comme la dépression et le trouble d’anxiété généralisée.

Les taux de réponses aux enquêtes traditionnelles étant en baisse, c’est aux gouvernements et à leurs partenaires qu’il revient de puiser dans de nouvelles sources de données accessibles au public, par exemple les médias sociaux. En effet, les taux de réponses des jeunes – et en particuliers des jeunes hommes – comptent parmi les plus faibles de tous les groupes d’âge au pays.

Les jeunes utilisent activement les médias sociaux, et environ 74 % des utilisateurs de Twitter sont âgés de 15 à 25 ans. Les médias sociaux comme Facebook ou Twitter viendraient s’ajouter aux sources de données administratives et aux données des enquêtes pour permettre une meilleure analyse, une meilleure mise en contexte et une meilleure interprétation des données sur l’incidence, la prévalence et les cas actuellement accessibles. Ces nouvelles sources pourraient même permettre de déceler rapidement des tendances et guider des activités de surveillance plus formelles.

Résultats

L’équipe SAS a utilisé les données accessibles au moyen de l’API de Twitter pour analyser 1,1 million de gazouillis qui, selon les indications du logiciel de profilage, provenaient probablement d’utilisateurs canadiens âgés de 13 à 17 ans. Pour son analyse, elle a recouru au traitement du langage naturel, à la modélisation prédictive, à l’exploration de textes et à la visualisation des données.

Lignes directrices

La proposition de nouvelles sources de données potentielles doit se faire en fonction des exigences suivantes :

  • La source des données doit être déjà disponible
  • L’extraction des données doit en préserver la confidentialité et protéger les renseignements personnels
  • La taille de l’échantillon et la période visée doivent être suffisamment importantes pour rendre l’analyse pertinente
  • La source des données ne doit pas être déjà utilisée systématiquement par les autorités fédérale/provinciales/territoriales
  • Les données doivent concerner la population canadienne

L’équipe

SAS


Description de l’équipe: SAS s’engage à ouvrir un accès à des connaissances structurantes grâce à l’utilisation des données dans le secteur de la santé. L’accès croissant aux données sur la santé de toutes sources ou déclarées spontanément est un domaine encore peu exploré, dans lequel SAS cherche des moyens d’améliorer le sort des patients.
Soumission: PDF